Contact
Recherche
Fermez cette boîte de recherche.
Recherche
Fermez cette boîte de recherche.

Presse

Vous souhaitez faire un reportage sur la TechnologieRegion Karlsruhe (TRK) ? Nous nous tenons à votre disposition pour des interviews, des rendez-vous avec la presse ou des demandes de matériel photographique. Dans notre espace presse, vous trouverez, en tant que représentant(e)s des médias, des informations sur le contact presse ainsi que nos derniers communiqués de presse.

Sur cette page :

Contact presse

Pour les demandes de presse ou si vous avez besoin de plus d'informations sur un événement ou de matériel photographique, vous pouvez nous joindre à l'adresse suivante :

Actualités

Les représentants de la presse trouveront dans cet aperçu les derniers communiqués de presse. Vous avez besoin d'informations provenant de nos archives ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous.

49ème réunion de la conférence régionale de la TechnologieRegion Karlsruhe

L'avenir de la culture - un dialogue d'égal à égal

Date de publication :
5 avril 2024

Lorsque la culture et l'économie se rencontrent, il ne s'agit pas en soi d'argent et de sponsoring. La 49e réunion de la conférence régionale de la TechnologieRegion Karlsruhe l'a plus que clairement montré. La coopération sur un pied d'égalité était plutôt le souhait de tous les participants.

"Nous voulions créer quelque chose de nouveau au sein de la conférence régionale avec le format d'une table ronde réunissant les principaux acteurs culturels de la région", explique son président et président de la CCI, Wolfgang Grenke. "Nous avons offert à la Maison de l'économie de la CCI une tribune pour la mise en réseau des mondes. Nous devrions prendre conscience du fait que nous disposons d'un paysage culturel exceptionnel en comparaison internationale, qui est trop souvent considéré comme allant de soi". La culture est synonyme de qualité de vie, tout le monde était d'accord sur ce point. "Elle est en outre un facteur d'implantation important. Si nous voulons garder les gens dans notre région ou les y attirer, c'est un atout à faire valoir. Dans la concurrence entre les régions, notre offre exceptionnelle en matière d'institutions et de manifestations culturelles est un élément de différenciation évident. Ce n'est pas sans raison que la TechnologieRegion Karlsruhe a pour slogan "Hightech trifft Lebensart" (la haute technologie rencontre l'art de vivre), car la culture, sous ses multiples formes, est un facteur d'implantation important, notamment du point de vue économique. Cela va jouer un rôle de plus en plus important, notamment dans le contexte de la pénurie de spécialistes et de main-d'œuvre". Dans ce contexte, Grenke a souligné la coopération entre le Welcome Center de la TechnologieRegion (TRK) et le Badisches Staatstheater.

Le maire de Karlsruhe, Dr Frank Mentrup, a également souligné : "Avec le début de nouvelles ères dans certaines maisons, nous nous tournons vers des temps passionnants pour notre scène culturelle régionale, qui rayonnera peut-être même sur tout le pays. Tous les participants sont conscients que les institutions culturelles deviennent de plus en plus des lieux de discussion qui doivent également être attractifs pour les jeunes générations".

Wolf E. Rahlfs, directeur de la Badische Landesbühne Bruchsal, souhaite le dialogue d'égal à égal évoqué au début. "Nous ne sommes pas des quémandeurs", déclare résolument l'ancien acteur et metteur en scène. Johannes Graf-Hauber, directeur du Badisches Staatstheater Karlsruhe, est du même avis. "Nous cherchons et utilisons des coopérations avec l'économie. Par exemple dans le domaine de l'impression 3D pour nos décors de scène. Ou, au regard de l'offensive TRK sur l'hydrogène, je me pose la question : pourquoi ne pouvons-nous pas, en tant que théâtre, tester un camion à hydrogène pour notre flotte ?" De même, une rénovation efficace et durable du théâtre ne serait pas réalisable sans coopération avec l'économie.

La durabilité est d'ailleurs aussi un thème cher à Nicola May, directrice du théâtre municipal de Baden-Baden. Son souhait pour la région en réponse à la question posée par l'animateur Dr Volkmar Baumgärtner, directeur de la KulturRegion Karlsruhe : une meilleure desserte du théâtre par les transports publics. Notamment dans l'optique du développement durable. Elle a en outre précisé que le théâtre était intemporel et (presque) à l'abri des crises. En fin de compte, il ne faut qu'une personne sur scène et une personne dans le public. Un art de l'instant.

C'est là qu'un deuxième thème important est entré en jeu : pour May comme pour Rahlfs, le théâtre et la culture sont avant tout analogiques, non pas dans le sens d'une opposition au numérique, mais en tant que lieux de rencontre des personnes dans le public ou, idéalement, avec les personnes sur scène. Peut-être aussi en tant que lieux de rencontre au cœur de la ville. Frédéric Bußmann, directeur de la Kunsthalle Karlsruhe, doit par exemple faire de la nécessité une vertu. Closed but open", c'est ainsi que Baumgärtner l'appelle. "Nous sommes un musée nomade", explique Bußmann, "tributaire de coopérations, par exemple avec le ZKM, qui a donné aux expositions une nouvelle patrie, née de la nécessité, et qui représente une stratégie pour l'avenir. Cela montre que le musée est plus qu'un lieu. Ici aussi, il existe des possibilités de coopération avec l'économie, à savoir en partenariat pour une extension durable de la Kunsthalle.

Eckart Köhne, directeur du Badisches Landesmuseum, dont la maison, le château de Karlsruhe, doit être rénovée à partir de l'automne 2025. Il espère trouver asile dans le centre-ville. "La culture est finalement un facteur d'implantation important pour le tourisme et la composante d'un centre-ville où il fait bon vivre".

Alistair Hudson, directeur du ZKM depuis un an et deux jours, veut faire entrer le musée dans sa troisième ère, dans le chapitre du "Bauhaus post-numérique". L'Anglais mise, comment pourrait-il en être autrement, sur des coopérations numériques internationales qui rendent le temps et l'espace insignifiants et qui ne focalisent plus le monde de la culture exclusivement sur les métropoles culturelles de ce monde. Karlsruhe pourrait également marquer des points dans ce domaine, notamment grâce à la coopération entre la culture, l'économie et la technologie, avec des innovations exceptionnelles.

Tous les participants ont estimé que les subventions accordées aux institutions culturelles étaient justifiées. "L'investissement dans une société où il fait bon vivre vaut en tout cas son pesant d'or.

Vue de la TRK

Le directeur Jochen Ehlgötz a présenté le traditionnel aperçu des activités de la TechnologieRegion Karlsruhe GmbH. Comme nous l'avons déjà mentionné, la région mise beaucoup sur l'hydrogène H2 comme source d'énergie très importante pour l'approvisionnement énergétique futur de la région et comme contribution à la neutralité en CO2. "Nous possédons ici d'énormes compétences dans ce domaine. Au sein de notre projet, "Protection du climat et création de valeur par l'hydrogène - KWH2", nous voulons montrer des pistes, définir des conditions-cadres et prévoyons une première modélisation par le consortium du projet H2iPortKAMod dans le port du Rhin".

Ehlgötz annonce dans ce contexte la semaine de l'hydrogène du 17 au 21 juin 2024 à la chambre de commerce et d'industrie de Karlsruhe.

D'autres thèmes prioritaires de TRK sont une mise en réseau nationale et éventuellement internationale dans le domaine de la bioéconomie. Une stratégie de bioéconomie pour la région est en cours d'élaboration et sera présentée le 22 avril à la CCI. Le prix de l'innovation NEO 2024 se penche également sur le thème de la durabilité. On recherche des innovations dans le domaine de l'économie circulaire.

Enfin, le festival du film et des séries de Baden-Baden, considéré comme l'un des plus importants rendez-vous de la branche, a été présenté.

Conférence régionale TRK (source : IHK)

Deuxième prix artistique décerné dans la TechnologieRegion Karlsruhe

Vous pouvez postuler en ligne jusqu'au 26 avril pour le 2e prix artistique qui sera décerné en été 2025.

Date de publication :
25 mars 2024

Le prix artistique s'adresse aux artistes dont le centre de vie et de création est TRK . L'idée de base du prix artistique est de mettre au défi les voix critiques sur le thème de l'IA dans le contexte de la diversité des applications et des domaines d'utilisation. C'est pourquoi le site TRK invite explicitement les artistes* à se pencher de manière critique sur les risques de cette technologie qui n'est plus tout à fait nouvelle.
 
Vous trouverez l'appel à candidatures complet sur kunstpreis-in-der-trk.de (en allemand)

Transports publics : des offres efficaces pour faire la navette entre la ville et la campagne

Le Centre allemand de la mobilité du futur lance un projet de site à Karlsruhe pour améliorer les liaisons de transport entre la ville et la périphérie.

Date de publication :
8 mars 2024

Vivre à la campagne et travailler en ville est un défi pour de nombreuses personnes. Les systèmes de transport efficaces et sans faille sont encore rares dans les zones rurales et n'offrent souvent pas d'alternative à la voiture individuelle. Les chercheurs du projet Country to City Bridge - C2C Bridge sur le site de Karlsruhe du Centre allemand de la mobilité du futur (DZM) étudient comment concevoir une offre de transport durable et attractive entre la ville et la campagne. Sous la direction de l'Institut de technologie de Karlsruhe (KIT), l'accent est mis sur les offres de transport public telles que les taxis à la demande autonomes utilisés de manière partagée et les plateformes de correspondance intelligentes. Outre les questions techniques, les chercheurs souhaitent surtout examiner l'acceptation sociale des nouvelles technologies de mobilité.
 
"Pour emmener tout le monde sur la voie de la mobilité durable, nous avons besoin de solutions convaincantes, efficaces et sans faille pour les déplacements entre la ville et la périphérie", déclare le professeur Oliver Kraft, représentant le président du KIT. "Grâce à la forte approche pluridisciplinaire et interinstitutionnelle de C2C Bridge, nous pouvons contribuer de manière décisive au développement de telles solutions".
 
"Au sein de C2C Bridge, des partenaires de longue date unissent leurs compétences pour développer des concepts de planification et les solutions techniques qui leur correspondent. Les besoins et le feedback des utilisateurs font partie du travail dès le début", explique le professeur Thomas Hirth, vice-président du KIT chargé du transfert et des affaires internationales.
 
"Avec le développement du 'modèle de Karlsruhe', notre région a déjà posé par le passé des bases importantes pour la mobilité durable dans la ville et ses environs", ajoute le maire de Karlsruhe, Dr Frank Mentrup. "Il s'agit maintenant d'intégrer d'autres offres - et à cet égard, C2C Bridge est une approche prometteuse. Nous sommes heureux que la ville en éventail fasse une fois de plus œuvre de pionnier".
 
Des services de mobilité autonomes bien acceptés par la société
 
Dans le trafic professionnel quotidien en Allemagne, une voiture n'est occupée en moyenne que par 1,1 personne ; les besoins en surface et en énergie ainsi que les émissions de CO2 qui en résultent par personne dans le trafic pendulaire sont par conséquent élevés. Dans C2C Bridge, les chercheurs étudient comment combler les lacunes actuelles de l'offre de transports publics. "Il s'agit pour nous de voir quels aspects, et quel degré d'individualisation, sont décisifs pour que les gens puissent et souhaitent changer leur comportement en matière de mobilité", explique le professeur Frank Gauterin, directeur de l'Institut de technique des systèmes de véhicules du KIT et porte-parole du consortium de C2C Bridge.
 
L'objectif est d'élaborer un service de mobilité bénéficiant d'une acceptation sociale élevée et basé sur de nouveaux concepts de véhicules automatisés et leur fonctionnement en réseau. Ainsi, les taxis collectifs automatisés sur appel dans les zones rurales doivent offrir un service permettant de se rendre efficacement à destination. En même temps, ils doivent être conçus pour transporter jusqu'à quatre personnes, un fauteuil roulant, une poussette et des bagages. En périphérie des villes, des stations de mobilité permettront de passer aux transports en commun conventionnels ou à d'autres moyens de transport alternatifs, comme les vélos de location. Les zones rurales seront ainsi reliées à la ville. "En outre, les véhicules seront à l'avenir en mesure de se succéder en convoi, également appelé peloton, dans un trafic dense, afin d'occuper moins d'espace tout en améliorant la sécurité et l'efficacité", explique Gauterin.
 
Analyse des besoins de la société en matière de mobilité
 
Afin de pouvoir élaborer des solutions adaptées aux besoins, les chercheurs sont en dialogue étroit avec toutes les parties concernées : "Pour obtenir une compréhension différenciée des besoins de mobilité en ville et à la campagne, nous allons avoir des échanges intensifs avec les citoyens, les exploitants potentiels, les urbanistes et les fabricants de véhicules", explique le professeur Peter Vortisch, directeur de l'Institut des transports au KIT. Pour cela, les chercheurs présenteront différents véhicules et infrastructures dans C2C Bridge. En se basant sur cette analyse, les scientifiques veulent développer et construire des prototypes de véhicules et de stations de mobilité dans une deuxième phase du projet. "L'offre de transport sera développée avec un feedback constant des utilisateurs afin d'explorer la transition optimale entre la ville et la campagne", conclut Vortisch.
 
Le KIT a initié le projet de site C2C Bridge et y participe avec 12 instituts au total. Les partenaires du consortium sont le FZI Forschungszentrum Informatik, un partenaire d'innovation du KIT, le Baden-Württemberg Institut für Nachhaltige Mobilität à l'université de Karlsruhe, le Fraunhofer-Institut für Chemische Technologie ICT, le Fraunhofer-Institut für System- und Innovationsforschung ISI et le Fraunhofer-Institut für Optronik, Systemtechnik und Bildauswertung IOSB. Ensemble, ces instituts de recherche sur la mobilité de Karlsruhe forment le cluster de recherche "KAMO : Karlsruhe Mobility", au sein duquel ils collaborent déjà depuis 2016 dans différents projets.
 
C2C Bridge et le Centre allemand de la mobilité du futur
 
Le projet global Country to City Bridge - C2C Bridge a démarré début 2024 et se poursuivra jusqu'en 2027. Le ministère fédéral allemand du numérique et des transports subventionne la première partie du projet à hauteur de 12,3 millions d'euros.
 
Le projet est intégré dans le Centre allemand de la mobilité du futur (DZM) qui, avec ses quatre sites de Hambourg, Annaberg-Buchholz, Minden et Karlsruhe, met en place un réseau de recherche à l'échelle nationale et regroupe l'expertise en matière de recherche sur la mobilité. Pendant la durée du projet et au-delà, les sites se mettent en réseau par le biais d'une série d'événements. Celles-ci servent à la communication dans les domaines de la politique, de l'économie et de la société ainsi qu'à la coopération entre les sites. Des conférences annuelles tournantes, des séminaires et des écoles d'hiver rassemblent les scientifiques des sites. Une concertation continue entre les projets au niveau du travail et de la direction permet de dégager des synergies et de vérifier la transférabilité des résultats des projets.
 
Plus d'informations : fast.kit.edu/Projets
 
Les chercheurs du projet C2C Bridge étudient des systèmes de transport permettant une transition optimale entre la ville et la campagne. (Illustration : KAMO 2024)
Les chercheurs du projet C2C Bridge étudient des systèmes de transport permettant une transition optimale entre la ville et la campagne. (Illustration : KAMO 2024)

TRK se réjouit de la promotion du projet "TransBIB" - TRANSFERNETZWERK ZUR BESCHLEUNIGUNG DER INDUSTRIELLEN BIOÖKONOMIE

Plus de 20 acteurs issus des régions exemplaires de la bioéconomie industrielle réunissent leurs compétences dans le projet de soutien fédéral TransBIB. Leur objectif : accélérer la transformation de l'Allemagne vers la bioéconomie industrielle. Le projet est financé par le BMWK à hauteur de 5,6 millions d'euros.

Date de publication :
27 février 2024

Le concept de bioéconomie vise à réduire la dépendance vis-à-vis des matières premières non renouvelables et à miser plutôt sur les ressources biologiques et renouvelables ainsi que sur les résidus biogènes. Cette approche allie durabilité écologique et croissance économique. Les innovations dans les domaines de la biotechnologie, de la chimie verte et de l'utilisation durable des ressources jouent un rôle important à cet égard.

Le transfert des développements bioéconomiques des laboratoires de recherche vers la production industrielle ne se fait toutefois que très lentement. Aujourd'hui déjà, des solutions bioéconomiques prometteuses sont disponibles en Allemagne, mais elles n'ont souvent pas la maturité nécessaire pour être appliquées à la production industrielle. Les innovations biotechnologiques qui ont été développées avec succès en laboratoire doivent d'abord être validées dans un environnement orienté vers l'industrie avant que la production puisse être mise à l'échelle et qu'une acceptation par le marché avec une volonté d'investissement correspondante puisse être générée. Comme l'environnement de test nécessaire, par exemple la construction d'installations de démonstration, est très coûteux et lié à des défis techniques et réglementaires, les spécialistes parlent de la "vallée de la mort" pour cette phase du modèle de maturation technologique.

L'objectif du projet de soutien fédéral TransBIB est d'accélérer le transfert et la mise à l'échelle des innovations bioéconomiques :

✔️ Mettre en réseau les acteurs de la bioéconomie "bottom-up" dans toute l'Allemagne

Le réseau de transfert TransBIB relie les régions modèles de la bioéconomie industrielle et rassemble l'expertise dans la recherche, l'industrie et la politique afin de rendre les technologies évolutives de la bioéconomie "bottom-up" plus rapidement accessibles à l'industrie. TransBIB constitue le cadre national pour l'accélération de la bioéconomie et encourage activement la coopération avec les ministères régionaux responsables de la bioéconomie, en impliquant le Conseil de la bioéconomie du gouvernement fédéral et la plateforme de dialogue sur la bioéconomie industrielle.

✔️ Inventaire sur le "guichet unique" de la bioéconomie

Jusqu'à présent, les connaissances sur la bioéconomie sont très dispersées et fragmentées. C'est pourquoi TransBIB réalise un inventaire des sites industriels et des bases de données dans toute l'Allemagne, pour les regrouper ensuite dans un nouveau "guichet unique". De plus, des réseaux d'experts préparent des thèmes importants de la bioéconomie et les communiquent à des groupes cibles spécifiques.

✔️ Prévision et évaluation de nouvelles chaînes de valeur biosourcées

Pour atteindre l'indépendance vis-à-vis du pétrole, de nouvelles chaînes de valeur biosourcées sont nécessaires. Pour ce faire, un outil numérique sera utilisé afin de saisir numériquement les flux de matières dans les régions d'exemple, de les rendre utilisables et de développer ainsi de nouveaux réseaux de création de valeur. Ceux-ci seront ensuite évalués en termes de faisabilité et de durabilité et proposés aux régions témoins pour être mis en œuvre.

✔️ Accès facile aux thèmes de la réglementation et de la certification

Dans le cadre de TransBIB, un accès simple aux questions réglementaires ou à la certification est mis à la disposition des entreprises et des propositions sont élaborées pour les simplifier.

✔️ Formation des professionnels du futur

La transition de l'économie vers des systèmes biosourcés et circulaires nécessite de nouvelles compétences pour les professionnels de l'industrie. C'est pourquoi TransBIB développe des concepts de formation orientés vers l'avenir afin de lutter contre une pénurie de personnel qualifié en Allemagne.

Le projet "TransBIB" est soutenu par le ministère fédéral de l'économie et de la protection du climat (BMWK) dans le cadre de la "Directive pour la promotion de l'utilisation et de la construction d'installations de démonstration et de régions modèles pour la bioéconomie industrielle" avec un total de plus de 5,6 millions d'euros. Le promoteur du projet est le VDI Technologiezentrum GmbH. La première période de financement s'étend sur 36 mois, d'octobre 2023 à septembre 2026.
Le consortium TransBIB est composé de 14 organisations partenaires, dont des universités, des instituts de recherche, des clusters d'innovation et des sociétés de développement régional, ainsi que d'autres partenaires associés et sous-traitants. Le projet conjoint est dirigé par le Dr Matthias S. Scholz à l'Université technique de Munich.

TransBIB@TRK
Dans le cadre du projet, la TechnologieRegion Karlsruhe GmbH participe notamment à la mise en réseau des acteurs et des régions, à l'internationalisation et à la création de nouvelles chaînes de création de valeur et de nouveaux domaines d'activité.
Contact : Dr Petra Jung-Erceg | [email protected]

Liens complémentaires :
- Ministère fédéral de l'économie et de la protection du climat (BMWK) :
https://www.bmwk.de/Navigation/DE/Home/home.html
- BMWK Régions témoins de la bioéconomie industrielle :
https://www.bmwk.de/Navigation/Karte/SiteGlobals/Forms/Formulare/karte-beispielregionen-formular.html?queryResultId=null&pageNo=0
- Conseil de la bioéconomie du gouvernement fédéral :
https://www.biooekonomierat.de/
- Plate-forme de dialogue sur la bioéconomie industrielle :
https://www.bmwk.de/Redaktion/DE/Dossier/industrielle-biooekonomie-wachstum-und-innovation.html
- Directive sur les subventions :
https://www.bmwk.de/Redaktion/DE/Downloads/F/foerderrichtlinie-industrielle-biooekonomie.pdf?__blob=publicationFile&v=1
- Bioéconomie dans la TechnologieRegion Karlsruhe :
https://trk.de/kernk

Le ministre des Transports, Dr Volker Wissing, visite une installation d'optimisation de l'extraction du lithium à Landau, en Rhénanie-Palatinat

Première usine de production de lithium vert à l'échelle de la tonne au monde

Date de publication :
29 novembre 2023

Samedi 25 novembre, le ministre allemand des transports, Dr Volker Wissing, a visité l'usine d'optimisation de l'extraction du lithium (LEOP) récemment inaugurée par Vulcan à Landau, en Rhénanie-Palatinat. La LEOP sera la première installation au monde à produire du lithium vert et climatiquement neutre à l'échelle de la tonne. Lors de sa visite, le ministre des transports a souligné l'importance de l'extraction locale de matières premières pour l'industrie allemande et européenne des batteries et de l'automobile. Petra Dick-Walther, secrétaire d'État à l'économie du Land de Rhénanie-Palatinat, et Hans-Peter Behrens, député du Land de Bade-Wurtemberg, ont également visité l'usine de Vulcan en compagnie de Wissing. Le jour de l'inauguration officielle, de nombreux politiciens locaux et représentants d'intérêts publics, comme le Dr Dominik Geissler, maire de la ville de Landau, ainsi qu'Andreas Tschauder, directeur de l'Office de géologie et des mines du Land de Rhénanie-Palatinat, ont fêté la mise en service du LEOP avec les représentants de Vulcan.

Avec le LEOP, Vulcan ouvre également la première usine sur le sol européen qui fournira du lithium entièrement extrait en Europe à l'échelle de la tonne. Vulcan s'est fixé pour objectif de devenir le premier producteur mondial de lithium vert et de fournir en même temps de l'énergie renouvelable. Grâce à la géothermie profonde, l'entreprise produira du lithium à partir de la saumure chaude et riche en lithium du fossé rhénan supérieur et fournira en parallèle de l'énergie renouvelable aux communes et à l'industrie locale. Avec ce projet, Vulcan vise à mettre en place la première chaîne d'approvisionnement en lithium sûre et durable d'Europe et à soutenir l'industrie allemande et européenne des batteries et de l'automobile dans sa transformation vers un avenir climatiquement neutre.

Pendant près de trois ans, Vulcan avait testé avec succès la récupération du lithium dans l'eau thermale du fossé du Rhin supérieur pendant 18 000 heures dans des installations pilotes à Insheim et Landau (Rhénanie-Palatinat). Les résultats montrent des taux élevés de récupération du lithium et une utilisation du sorbant testé sans signes d'usure pendant plusieurs milliers de cycles. Dans le processus, Vulcan utilise le sorbant VULSORB® développé par l'entreprise. Comparé aux produits traditionnels, celui-ci présente une efficacité supérieure.

Lors de sa visite, le ministre des Transports a souligné la nécessité d'une production nationale de matières premières dans la perspective de la montée en puissance de la mobilité électrique. L'Union européenne a décidé d'éliminer les véhicules à combustion d'ici 2035. L'industrie automobile est tributaire de l'approvisionnement en grandes quantités de matières premières critiques pour les batteries. L'Europe achète actuellement plus de 80 % du lithium dont elle a besoin dans les raffineries chinoises. Avec le Critical Raw Materials Act ainsi que le Net Zero Act, l'Union européenne a renforcé sa décision de réduire la dépendance existante dans ce domaine. Les projets de matières premières domestiques doivent être encouragés.

"Ce que nous voyons aujourd'hui à Landau avec la nouvelle usine Vulcans est une petite révolution", a déclaré Wissing lors de sa visite. "C'est la première fois qu'une usine produira des tonnes de lithium entièrement en Europe, et ce sans impact sur le climat. L'extraction de matières premières sur place est la clé d'un approvisionnement autarcique et sûr de l'Europe. L'extraction de lithium à partir de l'eau thermale du fossé du Rhin supérieur est une possibilité prometteuse à fort potentiel pour mettre en place une chaîne d'approvisionnement en lithium sûre et indépendante en Europe. Cela crée de nouveaux emplois et renforce l'Allemagne en tant que lieu d'innovation et d'activité économique".

Échange réussi sur le thème du maintien de la main-d'œuvre qualifiée dans l'industrie automobile à Rastatt

"La technologie de demain doit être apprise aujourd'hui".

Date de publication : 24 novembre 2023

La formation continue et le perfectionnement des processus de transformation dans l'industrie automobile nécessitent de nouvelles compétences, selon Jochen Ehlgötz, directeur de TechnologieRegion Karlsruhe (TRK) GmbH, qui a présenté la 5e édition du Business-Frühstück Transformation de l'industrie automobile régionale devant une soixantaine d'invités le 14 novembre au Reithalle de Rastatt. L'événement organisé conjointement par Automotive Engineering Networks (aen), la ville de Rastatt et TRK GmbH a présenté des options de soutien, des possibilités de promotion et de nombreux exemples de bonnes pratiques - notamment en ce qui concerne les marchés et la main-d'œuvre internationale.

La transformation apporte de grands changements pour les employés, a expliqué le maire sortant de Rastatt, Hans Jürgen Pütsch, précisément parce que les entreprises pensent aussi en termes de décennies : Il est nécessaire de créer un réseau au-delà des frontières, a déclaré le chef de la mairie, qui a remercié pour le traitement thématique du sujet. Il est particulièrement important de créer et d'entretenir des contacts entre les entreprises, car le changement s'opère parfois déjà au sein des entreprises. "C'est à la fois un risque et une chance", a déclaré Pütsch, notamment dans le domaine de la mobilité, où les priorités se déplacent, "également pour la politique !"

Lors d'une table ronde avec des exemples de bonnes pratiques, Julia Kraft, directrice des ressources humaines chez le prestataire de services de mobilité Wackenhut GmbH & Co. KG et Dr. Falk Hartmann, directeur de l'école Carl-Benz de Gaggenau, ont donné un aperçu de leur travail avec les (futurs) apprentis. Dans le contexte de l'évolution des profils professionnels et des changements technologiques, les modes de propulsion alternatifs, la technologie des capteurs et l'IA doivent être appris dès l'école. Un dialogue intensif entre l'école et l'entreprise est d'autant plus important - la technologie de demain doit être apprise aujourd'hui. La discussion a montré que la valorisation du travail, l'identification à l'entreprise par la construction d'émotions et l'augmentation de l'importance de la formation peuvent être des stratégies pour attirer et retenir les apprentis.

Marco Baumgartner de l'Institut pour l'apprentissage et l'innovation en réseau (ILIN) de l'Université de Karlsruhe a mis en lumière la thématique de la "technologie d'avenir IA" - et les compétences dont les professionnels ont besoin pour la transformation à venir - à l'aide du projet "KARL" ("Intelligence artificielle pour le travail et l'apprentissage dans la région de Karlsruhe"). "KARL" s'attaque aux compétences dans le contexte de l'IA et étudie la mise en œuvre de celles-ci dans les entreprises.

Qu'il s'agisse d'une reconversion, d'une qualification partielle, d'une promotion de la formation continue pour les employés dans les entreprises ou d'une orientation professionnelle : Tanja Bäuerle et Steffen Dorst du service des employeurs de l'agence pour l'emploi de Karlsruhe-Rastatt ont évoqué les aides possibles dans toutes les phases de la vie professionnelle. Les offres à bas seuil sont importantes, le contact personnel est un facteur de réussite, même dans l'entreprise. Lors d'une qualification, il s'agit de renforcer les points forts.

Regine Zizelmann du réseau régional de conseil en formation continue du Bade-Wurtemberg a mis en lumière le conseil en formation continue en tant que tâche transversale pour faire face à la pénurie de personnel qualifié : le conseil en formation est tout à fait un instrument de pilotage et doit être porté dans les entreprises pour lutter contre la pénurie de personnel qualifié.

Petra Bender du Welcome Center de la TechnologieRegion Karlsruhe a fait un exposé sur l'attraction et la fidélisation de la main-d'œuvre internationale dans la région TRK . L'approche internationale du maintien de la main-d'œuvre qualifiée revêt également une importance considérable pour la région. Qu'il s'agisse d'entreprises, de communes ou d'instituts de recherche : le Welcome Center offre des conseils ciblés, du recrutement à l'intégration dans l'entreprise en passant par les questions de droit de séjour.

Tim Siegel, du centre de pilotage régional Transformationswissen BW, a abordé le thème des bons de conseil. Les PME de la sous-traitance automobile peuvent ainsi bénéficier d'un accompagnement allant du conseil stratégique à l'optimisation des processus.

Informations et autres dates sur www.ae-network.de et auprès du Karlsruhe Mobility Lab.

Vidéos de la TechnologieRegion Karlsruhe

Sur notre chaîne YouTube, vous trouverez toutes les vidéos sur la TechnologieRegion Karlsruhe et ses projets passionnants.

Vers notre chaîne YouTube

Vous avez des questions ?
N'hésitez pas à nous contacter !
Julia Spiegl
Assistante de direction
S'abonner à la newsletter de TRK

Vous n'êtes pas encore abonné à notre newsletter ?
Alors il est grand temps ! Nous vous informerons à intervalles réguliers sur l'actualité de la TechnologieRegion Karlsruhe.

Reste au courant avec notre newsletter !

"*" indique les champs obligatoires

Opt*

Autres thèmes
Événements
Faites connaissance avec TechnologieReigon Karlsruhe : Vous trouverez ici une sélection des événements actuels dans la région et de notre vaste réseau de partenaires.
IMMO TALK
Des matières premières biosourcées au lieu du béton, de l'acier et du plastique. Aborder dès aujourd'hui le secteur de la construction de demain. L'IMMO TALK 2023 était placé sous la devise "La bioéconomie dans la construction".
Laboratoire de mobilité de Karlsruhe
Dans ce contexte, une priorité essentielle du tournant de la mobilité est le développement des transports publics de proximité (TPP) et le développement de nouveaux concepts de mobilité. La TechnologieRegion Karlsruhe (TRK), avec sa compétence clé en matière de mobilité, est un précurseur en matière de développement durable de la mobilité.